Frédéric Ney
 
  Diplômé d’architecture en 1983  sur le thème « Photographie et Architecture » Frédéric Ney entame alors une activité de photographe d’architecture. En parallèle du métier d’architecte, il poursuit la photographie à travers reportages, expositions, publications et en se consacrant régulièrement à ses recherches artistiques. Aujourd’hui, après avoir bénéficié d’une certaine reconnaissance dans le domaine architectural (réalisation répertoriée dans la base Mérimée), il réoriente son activité sur la création artistique.
Sa photographie ouvre les portes de la perception pour nous inviter à regarder et penser le monde différemment : « Il fallait bien aller jusqu’au bout de notre terre plate pour nous apercevoir qu’elle était ronde ! ».
Il s’agit de photographie, et non d’image de synthèse. Le traitement d’image reste dans la culture photographique du tirage argentique, une valorisation du cliché représentant une relation singulière avec l’environnement.
Cette approche prend corps dans diverses œuvres en séries, et notamment :
  
 « Sarlight »,
« Veines »,
« Rives ».
 frederic-ney-1 

 frederic-ney-2

frederic-ney-3

  Série de photomontages sur l’architecture de Sarlat où la cité mystérieuse livre en Noir et Blanc les histoires imaginaires que ses monuments confinaient au secret.

Aventure menée dans l’aube, lorsque le jour peine encore à prendre possession de l’intra muros, l’univers fantastique de la cité transparaît à la façon dont Venise attend Corto Maltese, ou bien encore à la façon des villes invisibles que nous évoque Italo Calvino.

Porte imaginaire entre la lumière et l’ombre de la cité, dans des conditions extrêmes d’éclairement, la photographie devient magique et révèle ce que nous ne pouvions percevoir : l’âme architecturale des édifices.

Ce n’est que par l’ombre que l’on peut percevoir le sens de la lumière.







  Rives   
"Regarder le monde à l'envers", "Miroirs" >>>